Plus de 20 ouvrières

Ma colonie a atteint le stade de 21 ouvrières (c’est pas un stade particulier, c’est juste que je ne trouvais pas d’autre titre à cet article). Tout se passe bien. Le couvain continue aussi de bien grossir, c’est super, ça change de ma précédente colonie…

Je leur donne pas mal de nouvelles graines, du coup elles salissent absolument tout. Les Messor, granivores, sont réputées pour beaucoup salir leur nid.

Le nid est sale mais elles sont propres. On peut voir, ci-dessus, qu’elles déposent leurs déchets toujours au même endroit, dans le coin en bas à droite. Il est possible de leur montrer un endroit pour déposer leurs déchets (dans une coupelle par exemple), je tenterai ça dans le nouveau nid.

 

Présentation du nid

La colonie continue de grandir. Il y a actuellement 16 ouvrières et un couvain d’une trentaine de larves à tous les stades de développement.

Pour information, voici les temps de développement des différents stades pour cette espèce Messor barbarus :

Œuf > larve : 8 jours
Larve > nymphe : 15 jours
Nymphe > fourmi : 14-16 jours

Soit un total d’environ 40 jours de l’œuf à la fourmi.

Le nid

Mes fourmis sont, comme vous avez pu l’apercevoir sur les photos, dans une boite (il s’agit d’une boite Godmorgon de chez Ikea) contenant deux tubes de fondation. Je dépose mon mélange de graines dans la boite, elles choisissent leurs préférées et les ramènent dans leur tube de fondation principal. Pour l’instant, les graines de pavot semblent avoir leur préférence. Je détaillerai comment elles se nourrissent dans un prochain article.

  J’ajoute un couvercle au dessus pour éviter les évasions. Le trou central est bouché par une fine grille pour laisser l’air passer.

Mon nouveau nid est bientôt terminé, je vous le présenterai très bientôt !

La famille s’agrandit

La colonie se porte bien, j’ai acheté un paquet de graines bio dont elles raffolent : Sésame blond complet, graines de lin doré, graines de lin brun, graines de tournesol, graines de pavot, graines d’amarante. Évidemment, il faut prendre systématiquement du bio, pour éviter les pesticides.

À ce jour, la colonie est composée de 14 ouvrières et d’un bon couvain (je n’ai pas compté dans le détail, ça devient plus compliqué maintenant).

Premier accident

Aujourd’hui, comme tous les dimanches, je voulais prendre ma colonie en photos. Voici la photo avant le drame : 10 ouvrières à ce jour, je n’ai pas eu le temps de compter le couvain.

Malheureusement, un incident s’est produit juste après cette photo, qui a bien failli me coûter la vie de toutes mes ouvrières.

Comme vous l’avez déjà vu, le tube de fondation est composé de deux espaces : un espace de vie et un espace d’eau, séparés par un coton. Le problème c’est qu’en manipulant mon tube j’ai accidentellement inondé la partie où se trouve le couvain et la colonie…

La reine étant assez grande n’a eu que les pattes mouillées, par contre, je voyais toutes mes petites ouvrières essayer de sortir le couvain (œufs, larves et nymphes) de là et se noyer dans l’eau. J’ai essayé d’éponger comme je le pouvais avec un coton-tige mais l’accès était très difficile et je n’osais plus manipuler le tube, de peur d’aggraver l’inondation.

Au final, j’ai réussi à secourir quelques ouvrières en les sortant de là sur mon coton-tige/canot de sauvetage mais d’autres sont restées au fond de l’eau pendant une heure ou deux. Je pensais qu’il y aurait des pertes importantes. J’ai mis un deuxième tube de fondation dans leur boite/nid pour leur permettre de déménager dans un endroit sec. Au final, plus de peur que de mal. À mon grand étonnement, le lendemain, tout était sec et personne n’est mort. Je les pensais noyées, finalement elles devaient simplement faire trempette… Elles n’ont même pas voulu déménager dans le nouveau tube. Celui-ci semble bien leur convenir, malgré les risques d’inondations.

Désormais, je ne sortirai plus le tube de sa boite pour faire des photos, c’est trop risqué.

Premières graines

Cette semaine, j’ai donné les premières graines à mes Messor. Je leur ai donné une amande coupée, elles se sont ruées dessus ! Les autres graines (spéciales Messor) n’ont pas fait un carton.

Le 10 mai, 3 ouvrières étaient nées. Aujourd’hui, la colonie est composée de 6 ouvrières, 8 nymphes, 11-13 larves et un pack d’œufs.