Les Messor minor grandissent

Je ne fais plus d’article fréquent car je ne souhaite pas déranger mes fourmis trop régulièrement. Voici donc un suivi un mois et demi après la réception.

La colonie se porte très bien, j’ai actuellement 13 ouvrières et un couvain assez important. Il y a des œufs, des larves et des nymphes. Les larves sont d’ailleurs assez actives, elles s’agitent pas mal quand de la chair fraîche passe à proximité.

Elles ne veulent pas quitter leur tube asséché (en bas sur la photo) bien que je leur ai mis un tube correctement humidifié à côté. Ces Messor venant des îles Canaries, je pense qu’elles aiment davantage le sec.

Je suis content de la progression de cette fondation, j’ai hâte qu’elle grandisse encore afin de pouvoir les mettre dans le nid que j’ai fabriqué (voir cet article).

Leur régime actuel est une mouche chaque dimanche et un peu de nouvelles graines de temps en temps. Je nettoie assez peu le nid (ça se voit sur les photos), je les laisse dans leur jus pour le moment. Ma priorité étant un bon démarrage et pas de bonnes photos. Ces dernières viendront avec le nouveau nid.

Réception de ma fondation de Messor minor

J’attendais cette espèce avec une grande impatience, j’ai enfin reçu ma reine Messor minor avec ses 4 premières ouvrières. J’ai commandé cette reine sur le site fourmis-city pour 25€. Le problème que j’ai rencontré avec ce site est un manque de communication avec le vendeur. En effet, je lui ai envoyé plusieurs mails (avant et après mon achat) pour lui demander l’origine exacte de ces fourmis (ça peut être de Corse ou des Îles Canaries) et je n’ai jamais eu de réponse.

Le colis a été envoyé une semaine après ma commande mais est arrivé en bon état, tout était très bien emballé et j’ai eu quelques cadeaux avec ma commande (de la nourriture, une pince en plastique et deux pipettes) :

Les fourmis étaient dans un tube asséché (volontairement, pour le voyage) et en bonne santé :

Voici une vue un peu plus proche de la fondation. Je les ai mises dans un nid dès la réception, le détail du couvain viendra un peu plus tard. Pour le moment, je vais les laisser un peu tranquilles pour qu’elles récupèrent de leurs émotions.

Construire une fourmilière (biorama) en béton cellulaire (+ mortier)

Aujourd’hui est un grand jour pour moi : j’ai enfin terminé la construction de ma fourmilière en béton cellulaire ! Cela m’a pris plusieurs années à concevoir ce nid (comment ça je suis perfectionniste ?) mais je suis bien content du résultat.

Premier prototype

Au départ, je me suis inspiré de ce qu’avait fait rack74 sur le forum myrmecofourmis. J’ai donc commencé par modéliser mon futur nid avec des boites en cartons pour voir le rendu final : Le résultat me satisfaisant, je suis allé acheter du béton cellulaire pour reproduire cela (les éléments, leur provenance et leur prix sont listés en bas de l’article) :

Une fois les blocs taillés, j’ai dessiné les galeries à creuser par la suite :

Finalement, le résultat ne me plaisait plus, j’ai donc décidé de tout jeter et de tout recommencer.

Projet définitif

J’ai recommencé le maquettage en carton et sa reproduction en béton cellulaire. Trouvant la disposition précédente trop chargée, j’ai décidé d’alléger un peu tout ça :

Une fois fait, j’ai dessiné les galeries que je voulais sur une feuille de papier et ai ajouté quelques éléments de décor pour avoir une petite idée du rendu :

Il était temps de creuser tout ça à la Dremel :

J’ai ensuite percé les entrées latérales et le système d’humidification. Après de longues heures à fouiller sur le net quant à la meilleure solution d’humidification, je suis resté sur la version assez classique de la mèche remplie de mousse oasis.

Mon nid devant accueillir des Messor, j’ai décidé de le blinder au mortier à BC, j’ai donc commencé par les extérieurs. Voici le résultat après application du mortier coloré et ponçage. Vous noterez la présence de l’abreuvoir, de la petite cuillère en bois (dans laquelle je mettrai les liquides) et un bouchon en liège sur lequel j’ai collé un caillou pour reboucher le trou d’humidification :

Vient ensuite le moment où j’ai blindé et poncé l’intérieur des galeries :

J’ai percé quatre petits trous de part et d’autre des galeries pour y visser une vitre en verre (sous-verre photo de 15x20cm). Je peux ainsi l’enlever pour nettoyer l’intérieur :

Une photo du tout repositionné. Vous noterez que j’ai rajouté un petit bloc de béton cellulaire à droite, pour maintenir l’ensemble et y poser l’abreuvoir :

Je voulais que la partie centrale soit amovible (pour mettre la colonie au frigo l’hiver, sans mettre tout l’aquarium. Après par mal de creusage de tête, j’ai décidé de mettre en place des bouts de plexiglas tout autour du bloc (vous comprendrez un peu plus bas) :

Il ne restait plus que la dernière étape, le coulage du mortier au sol pour solidariser (et harmoniser) tout ça :

Et avec la seringue à gâteaux de Madame :

Je positionne les éléments avant le séchage du mortier afin de les incruster définitivement :

Et après quelques jours de séchage… TADA… Deux photos de dessus où vous verrez le trou d’humidification et le plexiglas ajouté en haut pour y déposer l’anti-évasion :

Et la petite guirlande de LED (à piles) qui rend le tout de toute beauté :

Liste et prix des éléments

J’ai souhaité tenir à jour une liste de mes achats pour avoir une idée du prix global du projet :

  • Un aquarium Zolux de 35*18*22 cm : 3€ en brocante (pour la petite histoire, je demande le prix au mec en brocante, il me fait tel-quel : “5€ mais si ça vous intéresse, 3€”)
  • Vitre (sous-verre photo) 15*20 cm : 1€50 (Leroy Merlin)
  • Béton cellulaire (60*25*5) : 1€50 (Leroy Merlin)
  • Du mortier à BC : 10€ le sac de 5 Kg (Leroy Merlin)
  • Des pigments de colorant : 8€50 (droguerie)
  • Racine de mangrove : 6€50 (Jardiland)
  • Rampe de LED à piles : 3€28 (Aliexpress)
  • Fausse Dremel : 10€ (Action)
  • 2 abreuvoirs : 3€80 (Jardiland)
  • Plaque de plexiglas : 2€ (Leroy Merlin)
  • Scratchs pour fixer les piles de la rampe à LED : 3€ (Cora)

Soit une somme totale d’environ 50€. Bon, c’est un calcul assez grossier : il me reste du colorant, du mortier, j’ai acheté plusieurs blocs de BC et de plexiglass pour mes essais, une fausse Dremel pour l’occasion, etc.

Je ne compte pas non plus les nombreuses heures passées à la conception et à la réalisation de ce projet. Ça m’a coûté pas mal d’heures de sommeil, réfléchissant aux meilleurs options pour toutes les étapes du projet.

Et les fourmis ?

Ben oui, et les fourmis dans tout ça ?

Je comptais mettre dans ce nid ma colonie de Messor barbarus dans les prochaines semaines (en bouchant les entrées du nid pour commencer) mais pas de chance, ma reine Messor est morte pile la semaine où j’ai terminé ce projet 🙁

Du coup, pour le moment, ce nid restera inhabité, le temps que je récupère une autre colonie.

Et ensuite ?

Je réfléchis déjà à un nouveau projet bien plus ambitieux pour une colonie de Messor minor dans un environnement quasi naturel… À suivre 🙂

Fin de la colonie :(

Mauvaise nouvelle… Ma reine Messor barbarus est morte la semaine dernière. Je ne comprends pas ce qui s’est passé… Le couvain continuait pourtant de bien progresser :

Je les nourrissaient toujours de la même manière, leur environnement n’a pas changé et aucune ouvrière n’est morte (donc pas d’intoxication possible). Deux jours avant la fin de sa vie, je voyais la reine se promener hors de son tube, cela m’a un peu surpris mais pas inquiété…

Le seul élément qui m’intrigue, c’est qu’il fait assez chaud chez moi (jusqu’à 30°). Donc j’imagine que même si j’ouvrais régulièrement leur boite, il pouvait y monter un pic de 35°. Comme il y a des réserves d’eau à proximité du couvain et de la reine, je me disais qu’elles ne craignaient rien. J’ai peut-être eu tord.

Voici une dernière photo de ma reine :

Je suis d’autant plus déçu que je viens juste de finir mon grand nid pour elles (j’en ferai un prochain article) et que je comptais les y faire aménager…

Du coup, c’est décidé, ma prochaine colonie sera une colonie de Messor minor, une espèce qui vient des îles Canaries. Elles seront plus adaptées à un environnement chaud comme dans mon appartement.